Découvrir les études à suivre pour devenir ostéopathe

Ces dernières années, les médecines dites « douces » connaissent un succès grandissant. C’est le cas notamment de l’ostéopathie qui vise à soigner divers dysfonctionnements et blocages. Il peut s’agir de troubles digestifs, dentaires, urinaires ou orl, de mal de dos, de rhumatismes, etc. En fait, cette médecine manuelle concerne l’individu dans son intégralité, à savoir biomécanique, psychologique, émotionnel, et même professionnel.

Découverte de l’ostéopathie

L’ostéopathie est donc une thérapie manuelle alternative à la médecine classique. Il s’agit d’une méthode de soins naturelle où la main sert à la fois de principal outil d’analyse et aussi de traitement. C’est l’américain Andrew Taylor Still qui décrit l’ostéopathie la première fois au 19e siècle. Mais c’est seulement en 2007 qu’elle est réglementée en France. Cela explique pourquoi le métier d’ostéopathe reste encore assez méconnu du grand public. En effet, ce dernier le considère généralement le thérapeute du mal de dos. Or, les séances d’ostéopathie ne servent pas uniquement à traiter et guérir les douleurs musculo squelettiques. Elles ont un large champ d’action, en particulier contre :

  • Les problèmes urinaires,
  • La lombalgie,
  • Les restrictions de mobilité,
  • Les troubles du sommeil, digestif, du système cardiovasculaire, pulmonaire, neurologique, etc.

En ostéopathie, les différentes parties du corps sont reliées entre elles. C’est pourquoi des affections psychologiques ou physiques peuvent engendrer des conséquences sur tout le corps. Les ostéopathes utilisent d’ailleurs les termes de mobilité et de motilité pour exprimer cette interdépendance entre les différents systèmes ou organes du corps humain. Il est donc important de connaître le cursus ostéopathe qui permet d’obtenir le titre d’ostéopathe.

Quel cursus ostéopathe suivre pour exercer ce métier ?

Le cursus ostéopathe dans le métier ostéopathe nécessite de suivre des études spécifiques. Aujourd’hui, il existe deux cursus pour pouvoir s’installer en tant qu’ostéopathe.

Obtenir le diplôme d’ostéopathe

Tout d’abord, il faut savoir qu’il faut obtenir le diplôme d’ostéopathe (DO) pour devenir ostéopathe. Or, la préparation de ce diplôme nécessite cinq années de formation en ostéopathie dans un institut supérieur. À la fin des études, l’étudiant devra présenter et soutenir un mémoire de fin d’études. Les établissements qui ont reçu l’agrément du ministère de la Santé peuvent ensuite délivrer le titre d’ostéopathe homologué de niveau I.

Il convient de souligner que les titulaires d’un diplôme de professionnel de santé peuvent bénéficier de dispenses de formation initiale. Il s’agit notamment de la sage-femme, du pédicure podologue, du masseur kinésithérapeute et de l’infirmier.

Obtenir le diplôme universitaire

Quant au docteur en médecine, il peut passer un diplôme universitaire (DU) ou un diplôme interuniversitaire (DIU) de médecine naturelle-ostéopathie s’il envisage de s’orienter vers l’ostéopathie. Cette formation dure 2 ans et elle alterne formation pratique et cours théoriques.

Une formation courte

Mais depuis mars 2007, il existe une formation dispensée dans une école d’ostéopathie et qui dure 3 ans seulement. Elle se partage en deux parties. D’un côté, il y a la formation théorique qui regroupe l’ensemble des sciences fondamentales de la biologie. De l’autre côté, vous avez la formation pratique.

D’autre part, depuis 2015, les heures de formation s’étendent désormais à 4 860 heures contre 2 300 heures au minimum auparavant. De plus, pendant leur scolarité dans un institut de formation ou une école supérieure, les futurs praticiens devront réaliser plus de 150 actes de consultation au sein même des établissements de formation. Cela leur permettra de se familiariser à la pratique clinique et en même temps de maîtriser le déroulement d’une séance. De toute manière, ils seront encadrés par une équipe pédagogique.

En ce qui concerne le cursus ostéopathe proprement dit, il associe des cours magistraux avec travaux dirigés. Et dès la première année, l’étudiant devra faire un stage d’observation où il va observer et participer à l’interrogatoire. Mais au fur et à mesure, le futur praticien va s’impliquer dans la prise en charge de chaque patient. Et en 4e et 5e année, il peut même mener des consultations lui-même. En parallèle, il va faire des stages en milieu hospitalier, en entreprise ou encore des stages sportifs. Ce qui va le plonger peu à peu dans le monde professionnel et également l’orienter vers son futur domaine d’activité.

Passionnée par le domaine de la santé, je partage mes connaissances et mes astuces pour vous aider. N'hésitez pas à vous contacter si vous souhaitez écrire des articles pour le site.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire